Le mot du Président – Décembre 2013

 

 

 

 

 

 

 

A ce moment de l’année où nous préparons les fêtes de fin d’année, comme chacun d’entre vous, j’aimerais jouer au Père Noël et avoir de bonnes nouvelles à apporter aux bénéficiaires des Activités Sociales.

Ce n’est malheureusement pas le cas et l’année 2013 se termine, comme 2012, avec son cortège de mauvaises nouvelles pour les salariés actifs, inactifs et leurs familles. 2013 s’achève tristement avec la disparition de Nelson Mandela.
Les hommages rendus par tous les dirigeants de la planète leur ont permis de se donner bonne conscience. Pourtant, en regardant l’héritage exemplaire de ce grand homme pour sa nation et pour l’humanité, on peut avoir un peu d’espoir dans l’avenir, car il a démontré que ce qui peut sembler utopique un jour peut devenir la norme par la seule volonté des hommes.

Chez nous, loin de donner espoir aux salariés, le gouvernement continue à répondre aux attentes du patronat et vient de décider de supprimer les élections des conseillers prud’hommes de 2015. Ces conseillers sont pourtant une force inestimable pour les salariés qui veulent obtenir réparation d’un préjudice qu’ils ont subi de la part de leur employeur.

Dans les IEG, concernant les mesures salariales pour 2014, les directions ont proposé, après une « négociation éclair » d’une seule rencontre avec les organisations syndicales, 0,3% d’augmentation du Salaire National de Base, 0,5% en cas de signature d’un accord alors que l’inflation est prévue aux alentours de 1,4%. Comparée aux augmentations des tarifs de l’énergie, c’est simplement inacceptable.

L’actualité de nos Activités Sociales c’est la perte des excédents CAMIEG puisque le gouvernement entérine, à travers le Plan de Financement de la Sécurité Sociale, l’utilisation de nos cotisations pour la solidarité inter-régime. Pour les améliorations des remboursements que nous revendiquons à hauteur de 20 millions d’euros depuis 2011, le gouvernement ne prévoit que 15 millions, mais surtout aucune amélioration de la solidarité actifs-inactifs n’est prévue.
Ainsi, notre régime spécial de Sécurité Sociale ne sera plus réellement solidaire puisque les inactifs vont cotiser plus que les actifs. C’est 68 ans de solidarité intergénérationnelle qui est mise à mal par ce gouvernement soit disant socialiste.

C’est encore dans cette période de crise avec les difficultés tant financières que sociales, que chacun d’entre vous peut rencontrer, que les directions ont décidé d’amputer la dotation 1% des Activités Sociales pour 2014 de près de 19 millions d’euros alors même que les prix de vente de nos énergies augmentent régulièrement tout comme les dividendes versés aux actionnaires. Cela représente pour notre CMCAS une baisse de notre budget d’activités de 13% soit environ 22 000€. Malgré ce budget en baisse, les élus du Conseil d’Administration ont décidé de conserver toutes les activités en lien avec notre projet politique ainsi que les activités prévues par vos SLVie et porteuses de lien social et de solidarité.
Vos élus CGT sont intervenus auprès de la préfecture le 22 novembre pour revendiquer plus de transparences dans le calcul du 1% mais aussi que son montant soit réellement en adéquation avec le niveau des ventes d’énergie.
Les élus CGT et FO ont adopté à la majorité une motion dans ce sens lors du dernier Conseil d’Administration à destination des ministères. En attendant, le Conseil d’Administration a été contraint de reporter la validation du budget des activités 2014 Arbres de Noël, Fête de la CMCAS et Réveillon.

Pour que votre CMCAS puisse continuer à tenir son rôle de solidarité auprès de tous les bénéficiaires, actifs, inactifs, conjoints, enfants je vous demande de rester vigilants et de vous mobiliser à l’appel de vos fédérations syndicales pour défendre vos Activités Sociales qui font partie intégrante de notre rémunération depuis 1946.

Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année avec vos proches et je vous adresse au nom du Conseil d’Administration de la CMCAS des Alpes du Sud tous nos meilleurs vœux de bonheur et de santé pour la nouvelle année.

Frank Barailler