Le mot du Président – Janvier 2016

Cher-e-s bénéficiaires,

Au nom du Conseil d’Administration et du personnel de la CMCAS, je vous adresse mes meilleurs vœux de bonheur, de joie et de santé pour cette nouvelle année.

Après une année 2015 difficile sur le plan international comme national mais aussi au sein même des Industries Electrique et Gazière et de nos Activités Sociales, les citoyens et salariés attendent des améliorations à la situation politique, économique et sociale mais pour cela nous devrons agir collectivement et imposer d’autres choix à nos gouvernements.

Chaque citoyen a été profondément touché par les terribles attentats de 2015. Après s’en être  pris à la liberté d’expression en janvier, le terrorisme s’est attaqué en novembre à la « liberté » tout simplement.

Depuis ces évènements tragiques, et malgré quelques jours d’unité nationale ayant accompagné le deuil des familles des trop nombreuses victimes de la barbarie, nos dirigeants politiques se déchirent pour récupérer la haine de l’autre qu’ils alimentent à travers les médias, les réseaux sociaux et internet. Gauche ou droite, chacun y va de ses propositions sécuritaires et liberticides sous couvert d’anti-terrorisme et de sécurité nationale.

On a pu constater le résultat de cette lamentable bataille de pouvoir lors des élections régionales ; en faisant monter la peur de l’autre dans l’opinion publique, Socialistes et Républicains renforcent l’extrême droite. Incapables d’assumer ces erreurs, ils s’enfoncent aujourd’hui dans des débats stériles autours de déchéance de la nationalité ou des origines religieuses de la nation !

Bien peu sont nos politiques qui osent rappeler certains principes de notre démocratie républicaine, « liberté, égalité, fraternité » bien sûr mais je pense aussi et surtout à la « laïcité ».

Ce principe de laïcité de notre constitution définit la séparation de l’état et des religions. Sans interdire les pratiques religieuses, il garantit au contraire la liberté de culte pour chaque citoyen croyant, mais refuse aux religions le droit d’exercer tout pouvoir au sein de la société !

Il serait bien que nos gouvernants se souviennent de ce principe et engagent des poursuites contre tous contrevenants, extrémistes religieux.

Ces extrémistes, qu’ils soient musulmans, chrétiens ou d’autres confessions religieuses ont ceci en commun : ils veulent contrôler notre liberté. Liberté de croire ou non, liberté de penser et de choisir, liberté d’enfanter et de disposer de leur corps pour les femmes, liberté sexuelle, liberté de la presse sont autant d’acquis progressistes, démocratiques et laïques que les extrémistes religieux, soutenus en France par l’extrême droite, rêvent de voir disparaitre pour un retour à l’application stricte de textes religieux datant de plusieurs siècles.

Ces débats autour de la défense de notre démocratie permettent de faire passer au second plan la crise économique et sociale dans laquelle notre pays est plongé depuis 7 ans et l’inefficacité des plans d’austérité imposés par les instances européennes et nos gouvernements libéraux.

Loin de remettre en cause ces choix erronés, le gouvernement continue en imposant encore plus de libéralisme et en s’attaquant au code du travail régissant les relations employeur-salarié.

Dans le secteur de l’énergie, la dérèglementation continue et c’est au tour des concessions hydrauliques d’être dans le viseur de la Commission Européenne. Ainsi, EDF n’aurait pas le droit de candidater sur le renouvellement de ses propres concessions, et cela avec l’accord du gouvernement. C’est une nouvelle partie du service public de l’énergie que l’on offre aux appétits financiers des actionnaires privés.

Les employeurs ne sont pas en reste dans cette démarche de casse de notre statut et s’attaquent directement au financement de nos Activités Sociales, notre salaire différé. La dotation prévisionnelle 2016 des AS est en baisse de 48 millions par rapport à 2015 et de 68 millions sur 2013 alors que les entreprises de la Branche ont distribué plus de 4 milliards de dividendes aux actionnaires en 2015 !

Suite à la mobilisation des bénéficiaires et des élus en novembre et décembre, le ministère s’est engagé à convoquer une réunion avec les employeurs et les fédérations syndicales pour clarifier le calcul de la dotation du 1% finançant nos Activités Sociales. La mobilisation des salariés sera encore nécessaire pour faire pression lors de ces négociations et réclamer la part qui nous revient de droit sur les richesses que le travail des salariés, actifs et inactifs, crée depuis 1946.

En faisant le choix de modifier la répartition de cette dotation entre la CCAS et les CMCAS, le Comité de Coordination a fait le choix de sauvegarder les activités de proximité portées par les CMCAS. Cette décision accentue cependant les difficultés financières pour la CCAS.

Confronté à une baisse de 37 000 euros du budget de la CMCAS pour 2016, soit moins 18 %, le Conseil d’Administration du 15 décembre a donné priorité à la solidarité, la prévention de la santé et le maintien du lien social.

Je vous invite à prendre connaissance des conséquences de cette baisse pour les activités de votre CMCAS dans le document « activités sociales en danger » joint à cet envoi.

Pour la CCAS, des décisions de gestion vont être prises en ce début d’année et nous aurons l’occasion d’en discuter lors des traditionnels repas de l’An Neuf des pensionnés ou des « galettes des rois des SLVie » auxquelles les élus vous convient courant janvier (voir calendrier joint).

Vous trouverez dans cet envoi les diverses informations concernant les futures activités proposées par votre CMCAS et vous pouvez vous renseigner plus amplement auprès de vos SLVie ou de l’accueil de la CMCAS.

Je vous renouvelle ainsi qu’à vos proches tous mes vœux de bonheur, de joie et de santé pour cette nouvelle année. En souhaitant que 2016 soit juste un peu plus sociale, solidaire, humaniste et joyeuse que les années précédentes.

Frank BARAILLER