Le mot du Président, décembre 2016

Les négociations sur l’avenir des Activités Sociales arrivent à leur terme, les employeurs des Industries Electrique et Gazière ont fait leurs propositions finales lors de la Commission Paritaire de Branche du 6 décembre.
La volonté des syndicats patronaux est claire : mise sous pression des Activités Sociales pour mise en place d’un véritable plan social.

Votre CMCAS va disparaître !

Cher-e-s bénéficiaires,

Je ne peux pas finir cette année 2016 sans vous informer des dernières actualités concernant vos Activités Sociales.
Les négociations dont l’objectif était de pérenniser l’avenir des Activités Sociales des électriciens et gaziers arrivent à leur terme et les syndicats patronaux de la branche IEG ont remis leurs propositions finales aux fédérations syndicales.

Une rédaction définitive de ces propositions sera soumise à l’approbation des fédérations avant fin janvier.

Comme nous pouvions le craindre suite à la non unité syndicale et à la trop faible mobilisation des salariés et des bénéficiaires pendant les négociations, les propositions patronales sont très en dessous des besoins des électriciens et gaziers.

Pire que ça, avec une baisse de plus de 20 % des moyens financiers comme des moyens bénévoles, c’est une réorganisation complète des activités sociales que veulent imposer les employeurs voir même un plan social.

Si la structure du nouveau financement reprend en partie la proposition syndicale de le répartir sur l’ensemble de la filière (production, transport, distribution et fourniture), le niveau de prélèvement n’est pas suffisant et conduit, avec 390 Millions d’euros, à une baisse de 22 % par rapport aux besoins. La proposition n’intègre pas non plus les nouveaux fournisseurs, ce qui conduit à une perte estimée de 25 à 30 M d’euros.

Les moyens bénévoles, notamment les détachements des élus et salariés dans le cadre de ce que nous appelons le par et le pour, sont également revus à la baisse globalement d’au moins 20%.

Pour notre CMCAS, c’est encore pire puisque pour les CMCAS de moins de 3000 électeurs, il n’y aura plus de détachement permanent du président, les administrateurs passant de 24 jours annuels d’autorisation d’absence à 10 jours.

En additionnant la baisse budgétaire et celle des moyens bénévoles, la CMCAS de Gap n’aura plus les moyens de mettre en place son projet et d’assumer ses missions de proximité. Nous serons contraints de réformer en profondeur notre organisation et certainement de fusionner avec des CMCAS voisines, perdant forcément notre identité locale et le lien social intergénérationnel de proximité que nous avons construit depuis des décennies.

Il est indispensable que vous soyez tous informés en détail sur ces propositions patronales, aussi je vais proposer aux organisations syndicales du Conseil d’Administration de mettre en place dans la 1ère quinzaine de janvier des réunions d’information des bénéficiaires dans toutes vos SLVie.

En cette fin d’année, nous avons toutes et tous besoin de nous changer les idées et de nous amuser en famille. C’est ce que va nous permettre la trêve des confiseurs afin de revenir plus motivés et unis début 2017.

Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année et j’espère vous retrouver très nombreux en janvier pour défendre, une fois encore, ce bel exemple de gestion ouvrière des œuvres sociales et pour que le calendrier des activités 2017 de la CMCAS de Gap et des Alpes du Sud ne soit pas le dernier que nous construirons ensemble.

Frank BARAILLER